Origine (s) du patronyme

Le berceau familial n’est pas connu actuellement. Parmi les hypothèses les plus plausibles sur l’origine du patronyme. Ces hypotheses ne sont pas classées par ordre de possibilités :

1 – Famille originaire d’un lieu appelé Cro ou Cros. En patois le cro est un creux, un berceau. De nombreux lieux avec ce nom sont présents dans tout le département du Puy de Dôme.

2 – Dans un article sur la paroisse de la Tour-Goyon autre paroisse de la commune actuelle de Job, parue dans Chroniques Historiques d’Ambert et de son arrondissement n° 6 de 1984, Thierry Remuzon signale des noms de famille à rapprocher : Du Cros, Ducros, Ducroist, Du Croz, et une Clauda Du Croist en septembre 1548. Ces noms pourraient dériver du nom d’un hameau de la paroisse, le Crest (autrefois orthographié le Cray, le Crist).

3 – Plus simplement il peut s’agir d’une déformation de croix, cro en patois. Le nom serait celui d’une famille originaire d’un lieu prés d’une croix ou liée au symbole de la croix, peut être une croix ou un carrefour plus ou moins remarquable.

Pour chacune de ces trois hypothèses au nom, pourrait avoir été ajouté le suffixe as marquant l’origine familiale liée à un lieu précis.

4 – Bertrand Du Guesclin en venant faire campagne au sud de l’Auvergne, Saint Flour (15) puis Châteauneuf de Randon (48), ou il meurt le 13/07/1380, serait venu avec des gens de sa province natale, la Bretagne. Certains de ses hommes auraient pu faire souche dans la région et seraient ainsi à l’origine de ce patronyme en Auvergne. croas en langue bretonne signifie croix.

5 – Une hypothèse que rien ne vient confirmer pour l’instant, le patronyme pourrait être originaire du hameau de Crohat à 2,5 km à l’Ouest d’Escoutoux et à 3 km au sud de Thiers. L’inverse également.

6 – Une autre hypothèse, non vérifiée pour l’instant. Il y a quelques années, le Docteur Gaston CROHAS à Saint Bonnet le Château dans la Loire, aurait identifié une personne d’origine hongroise ayant été garde-chasse au château de Viverols (63) au XV ° siècle. La seigneurie de Viverols est passée dans la famille d’ALEGRE au XIVème siècle, achetée par Morinot de TOURZEL, baron d’ALEGRE ca 1385  et restée dans cette famille jusqu’en 1665, Selon Remacle, Dictionnaire des fiefs de la Basse-Auvergne, tome II, page 925. Yves II d’ALEGRE s’est distingué pendant les guerres d’Italie (fin XVème – début XVIème s.) Les ALEGRE étaient des militaires et ont pu s’attacher des mercenaires hongrois. Il pourrait s’agir d’un patronyme fréquent dans des tribus rom qui s’identifiait par leur région d’origine, en l’occurrence la Croatie. Ce qui pourrait expliquer la présence à la fin du XIX ° siècle de CROHAS en Grèce par le même phénomène migratoire. Ainsi que la présence, actuellement en Autriche, Hongrie, Allemagne et USA de nombreux KROHA qui pourraient avoir une origine commune.

Cette dernière hypothèse, certes attrayante n’a pu encore être vérifiée, elle donnerait corps à une sorte de légende familiale qui voudrait que le patronyme vienne de l’est. Il existe de fortes présomptions qui n’ont pu être vérifiées pour l’instant, ce sujet fera l’objet d’un prochain article.

7 – A noter, un lieu dit les croix est signalé sur le cadastre de Job, en bordure du chemin qui relie deux lieux forts de l’implantation des CROHAS, Pailhat et Espinasse, à l’Est de la RD 66 reliant Vertolaye à Job.

8 – Dans « Inventaires anciens du trésor des chartes du château d’Olliergues » par Lucien DROUOT aux Editions HORVATH. Page 173, [1240] Autre hommage d’une terre de Pierre Juste de Crohat, de l’an 1315, cotté cent dix huict. Ce personnage reste à identifier avec précision.